Tranches de vie : Tiens ! Vous voilà…?

Vous êtes ici : Actualité » Tranches de vie : Tiens ! Vous voilà…?

Société

Tranches de vie : Tiens ! Vous voilà…?

Tranches de vie : Tiens ! Vous voilà…?
Agrandir le texte
Réduire le texte
Imprimer
Envoyer à un ami

Je crois l'avoir déjà dit dans ces lignes : au Vietnam un étranger n'est jamais un inconnu ! Et au risque de me répéter, je voudrais à nouveau témoigner   de l'intérêt que peut  susciter un Tây (Occidental) quand il vit au Vietnam…

Que l'on ne se méprenne pas ! Quand je parle d'intérêt, il s'agit véritablement de bienveillance, pas de rejet ou de mépris. Ailleurs être l'étranger, l'immigré est souvent considéré comme une vile condition. Il n'est pas d'ici qu'est-ce qu'il vient faire là ? Et, inutile de passer des frontières pour ressentir ce rejet. Il existe encore de nombreux villages où l'accueil se fait par chien ou fourche interposés… Depuis que je vis au Vietnam, rien de tout cela. Étranger je suis, invité je suis…

Alors, ça va ?

Demain ils repartent dans leur pays, ce soir je les invite à dîner dans ce grand restaurant en plein air sur les rives de Hô Tây (lac de l'Ouest), à Hanoi. Mes amis sont subjugués par l'atmosphère irréelle du lieu. Après avoir franchi un pont couvert et traversé une forêt de colonnes impériales rouge et or, nous sommes installés au bord d'un petit étang couvert de lotus. Des centaines de convives circulent entre les immenses buffets dressés de-ci de-là : grillades, hors-d'œuvre, "pho" et "bún" divers, plats cuisinés, crèmes et desserts…

De voir cet étalage de mets tout autant appétissants les uns que les autres me donne l'impression d'être déjà rassasié ! Tandis que mon épouse et ma fille servent de guides culinaires à mes amis, je suis préposé à la garde des sacs à main de ces dames. Garde que je monte de façon nonchalante, confiant que je suis dans la sécurité du lieu… comme dans beaucoup d'autres au Vietnam !

En rêvassant, j'observe le ballet incessant des serveuses qui prêtent mille attentions à remplir les verres et retirer les assiettes vides. L'une d'elles justement s'approche de moi, commande de boisson oblige : "Chào chú ! Vo chú o dâu ?" (Bonjour oncle, votre femme est où ?). Surprise ! Comment cette jeune fille que je n'ai jamais vue peut-elle être informée de ma vie privée ? Et pourquoi ce salut plutôt sympathique, mais familier, alors qu'en d'autres temps elle aurait pu me dire : "Chào ông !" (Bonjour monsieur !) ? Abasourdi, je lui réponds conformément aux règles de politesse vietnamienne : "Chào cháu", et je m'empresse de répondre à sa question par une autre : "Tai sao cháu biêt vo chú ?" (Pourquoi connais-tu ma femme ?). Un grand sourire et la charmante personne me précise qu'elle m'a déjà vu manger ici, en compagnie de ma femme et de ma fille, et qu'elle est surprise de ne pas la voir à mes côtés maintenant. Sur ces mots, comme par magie, les intéressées surgissent, mains encombrées de gourmandises salées et sucrées. Aussitôt (mais devrais-je dire que j'ai l'habitude) la conversation s'engage entre Vietnamiennes, comme si elles étaient de vieilles connaissances. Conversation dont je suis rapidement le centre ! Et si je n'avais été remarqué que par une seule serveuse, j'aurais pu mettre cela sur une marque particulière d'intérêt pour ma personne ; hypothèse sans doute séduisante, mais extrêmement dangereuse avec mon épouse dans les parages !

Mais lorsque j'entreprends, à mon tour, l'expédition aux buffets, je suis interrompu au moins dix fois dans ma quête gastronomique par des salutations cordiales qui s'enquièrent de ma santé et de celle de ma famille. J'ai beau observer et tendre l'oreille, je suis le seul à avoir droit à ces attentions. Loin d'en tirer fierté et plutôt que de me rengorger comme un paon, c'est en faisant profil bas et en rasant les murs que je regagne ma table. Entre deux bouchées, je m'informe auprès de ma femme sur la cause de cette popularité. Aurions-nous payé trois fois le prix habituel, lors de notre dernière incursion en cet endroit ? La vision de nos hôtes serait-elle tant déformée qu'en me voyant ils verraient un top modèle ? La raison est simplissime : je suis étranger et je parle vietnamien ! Deux caractéristiques qui, réunies, suffisent à me faire remarquer…

Trop, c'est trop !

Des étrangers, entre les touristes, les expatriés et les immigrés, il y a de fortes chances d'en rencontrer au Vietnam. Ils sont de moins en moins sujet de curiosité, force de l'habitude étant. Mais ils sont toujours aussi remarquables. Difficile de ne pas les reconnaître ! Même de dos, on peut nous identifier, tellement notre allure, notre démarche, notre façon de nous tenir, paraissent pataudes au regard de la grâce et de la fluidité du Vietnamien. Autre sujet de distinction, notre manque évident de culture ! Tout dans notre façon de parler, de nous comporter, de poser des questions ou d'y répondre, montre combien nous sommes loin de la subtilité des échanges à la vietnamienne et des règles de bienséance…

Alors, forcément, éléphant dans un magasin de porcelaine, nous sommes facilement identifiables. Mais rassurez-vous, cette différence ne se manifeste pas par un rejet comme ce pourrait être le cas ailleurs. Non, ici, il s'agit d'un intérêt spontané, voire même parfois d'admiration pour nos longs nez ou notre peau si blanche ! Principe de base universel : on apprécie souvent ce que l'on ne possède pas !

Mais, si être étranger est déjà remarquable en soi, parler le vietnamien en rajoute encore. D'abord, parce que c'est une merveilleuse occasion de se tenir les côtes de rire en voyant les efforts pathétiques de ces gosiers formés à l'articulation pour prononcer les tons et les phonèmes de cette langue mélodieuse. Ensuite, parce que ça dénote un grand respect de l'étranger pour le pays dans lequel il vit, même provisoirement. Et le grand mot est prononcé : respect. Plus que partout ailleurs, ici le respect est une notion sacrée. Respecter c'est ne pas faire perdre la face, respecter c'est comprendre, respecter c'est savoir vivre…, et respecter c'est être respecté. La plus belle marque de respect étant de vous remarquer et de s'intéresser à vous. Voilà pourquoi, même au milieu de centaines de personnes, même si je n'ai croisé qu'une seule fois une personne, toujours on me manifeste cette marque de respect en me posant des questions qu'en d'autres lieux, nous les Occidentaux, nous pourrions considérer comme de la curiosité !

Heureux alors, me direz-vous ? Ma modestie dût-elle en souffrir, il est vrai qu'être reconnu en tout lieux peut donner le sentiment d'exister en ayant une certaine valeur ! Mais la médaille a son revers : ne jamais passer inaperçu est limitant et peut même entraîner des situations… difficiles ! Par exemple, inutile de penser mener une double vie à l'insu de ma moitié ! Car même sans franchir la ligne jaune, je peux payer cher ma popularité.

En effet, il y a peu, mon épouse devant se rendre en ville, utilise les services d'un "xe ôm". Lequel venant la chercher à domicile, m'aperçoit dans la cour et me salue. À son départ, mon épouse était radieuse, à son retour beaucoup moins. Soucieux de son bien-être, je lui demande ce qui la préoccupe. Erreur ! À question directe, réponse différée… Ça c'est très vietnamien ! Dans l'immédiat, j'ai droit à un "Không sao" (Rien de grave), et quelques heures plus tard dans l'intimité conjugale, la question fuse : "Avec qui es-tu allé au karaoké le mois dernier, en xe ôm ?". Je vous passe les détails de la stupeur qui m'a envahi et les efforts que j'ai dû faire pour prouver que, primo je ne vais jamais au karaoké, secundo j'ai une moto et ça fait des années que je n'ai pas utilisé les services d'un "xe ôm"... Son conducteur de l'après-midi lui avait dit qu'il me connaissait et qu'il m'avait emmené en compagnie d'une jeune fille dans un karaoké, un mois auparavant ! Et, l'étranger parlait vietnamien ! Comble de l'histoire, il avait utilisé les services de ce "xe ôm", à proximité de notre ruelle…

Étranger, mon frère, si tu veux être véritablement respecté et intégré dans ce pays où tu vis, apprends le vietnamien, mais quand tu vas au karaoké en charmante compagnie, évite de prendre le "xe ôm" qui se trouve à côté de chez moi !

Gérard BONNAFONT
(Courrier du Vietnam, 18/12/2011) 
 

Comments

être étranger au vietnam

      Bonjour,

c''est amusant que vous parliez de bienveillance,car en effet c'est exactement ce que j'ai

j'ai ressenti,en cotoyant les vietnamiens,jeunes ou vieux comme moi et je pensais que c'était mon Bouddhiste qui me faisait ressentir celà,car nous parlons beaucoup de la bienveillance. hélas c'est vraique chez nous ce n'est plus le cas,mais peut être faut il changer nous même pour que les autres changent!...Bravo Monsieur Bonnafont,bonne fin d'année cordialement

            félix dada

Ma devise : risque tout et vois ce que le sort amène et Garde les hommes et les femmes de coeur

être étranger au Vietnam....

Bonjour à Tous,

 

Oui, on l'a dit, on le redira encore : un des charmes, et non le moindre, de vivre tout ou partie de son temps au Vietnam confère à celui qui pratique ce "sport" une qualité de vie, même provisoire et momentanée, à nulle autre pareille- Se sentir faire partie des locaux permet, à tout le moins, d'être mieux à même de comprendre leur manière de vivre, leur comportement, ce qui échappe assez souvent à celui qui vit "à côté," et non "avec "les Vietnamiens!!!! -

Combien de fois ai-je lu sur des forums des sujets sur les "arnaques"..... la moitié de ces reproches était peut-être le reflet de la réalité, et encore .... quant au restant, il était surtout le fruit d'une incompréhension mutuelle dûe au manque de connaissance de l'hôte.... L'asiatique en général, et le Vietnamien en particulier est source de découverte... qu'il faut savoir effectuer si l'on doit rester un assez long moment au Pays.... sinon entre les non-dits, les a-priori et tout ce qu'une mauvaise connaissance peut initier, .... la porte est ouverte aux grincheux, critiqueurs et polémiqueurs de tout poil!!!!

Je lutte contre mon ignorance crasse de la langue : j'essaie, ja bafouille, je tente.... et je pense que l'on me sait gré de mes efforts......et je me sens mieux adoptée par ce beau Pays et ses habitants......

Bonne journée - cordialement - Kung Fu

 

Ma devise : un ami, c'est une route, un ennemi, c'est un mur - proverbe chinois
Nouveau Envoyer à un ami