Cai Bè : le marché flottant aux mille saveurs

Vous êtes ici : Cai Bè : le marché flottant aux mille saveurs

Le delta du Mekong | Culture, Nature

Cai Bè : le marché flottant aux mille saveurs

Cai Bè : le marché flottant aux mille saveurs
Agrandir le texte
Réduire le texte
Imprimer
Envoyer à un ami

Un article du Courrier du VietnamNous decouvrons la vie sur le delta du MekongLes maisons d'époque coloniale

Le marché flottant de Cai Be : C'est un marché de gros, composé de commercants venus de tout le delta. Vous pouvez passer une nuit chez l’habitant dans une ferme éco-touristique qui se compose de plusieurs cabanes faites de feuilles et de bambou disséminées dans un vaste jardin fruitier. La ferme se trouvant en bordure du fleuve Tien Giang, il se peut que vous soyez déranger par les bruits des bateaux. Le confort est peut être sommaire mais vous y gagnerez en chaleur humaine et en sourire. Il existe aussi une multitude d'hôtels ou même la possibilité de dormir sur des Jonques.
Voir une très jolie  vidéo sur le marché de Cai Be

Un article du Courrier du Vietnam

                                           

 

Le marché flottant de Cai Bè (province de Tiên Giang) se tient sur le fleuve Tiên, l'un des bras du Mékong. Réputé pour être au cœur du commerce des fruits de la région, ce marché, l'un des plus importants du Sud occidental, attire aussi chaque année environ 400.000 touristes.
 

Des milliers de sampans, des norias de péniches se croisent dans un fracas sonore pétaradant. L'effervescence qui règne en ces lieux est maximale à l'approche de la fin de l'année. Pascal Bygay, 40 ans, de nationalité française, employé au Crédit Suisse, et sa petite amie Estelle Sedilot, 30 ans, fonctionnaire à Paris, voyagent pour la première fois au Vietnam. C'est aussi la première fois qu'ils se rendent au marché flottant de Cai Bè. Le spectacle qui se déroule sous leurs yeux est pour le moins insolite à première vue. Regarder ces marchands faire affaire grâce à la vente de mangues, pamplemousses et autres jaques vendus à même l'eau n'est pas chose commune lorsque l'on est Français ! Comme souvenir, Estelle a craqué pour une corbeille et des sandales faites à partir de tiges de jacinthes d'eau.


Un groupe d'une dizaine de touristes allemands en visite au Vietnam par le biais du voyage organisé par la compagnie Dông Duong s'est rendu au marché de Cai Bè par bicyclette. C'est une impression très particulière pour eux de constater à quel point l'eau s'est rendue maître des lieux et surtout de voir comment s'est adaptée la population à cette donnée, avec notamment ce grand marché flottant. Le sourire que les voyageurs affichent ne trompe pas : les barques chargées de jacques, de durians, de ramboutans, de pamplemousses et d'autres fruits qu'ils découvrent au fur et à mesure des flots leur proposent un spectacle inoubliable. Peter Lohmann, expert du marketing de la société allemande Thomas Cook, ne tarit pas d'éloge sur ces paysages au charme envoutant.


Un essor qui profite à tous 


Le tourisme fluvial offre aux habitants locaux de nombreux emplois et permet d'augmenter leurs revenus. Nguyên Van Tùng, "capitaine" d'un sampan qui embarque des touristes à la découverte de cette région baignée par les eaux, est très heureux de son travail actuel. Autrefois ouvrier dans une zone franche à Hô Chi Minh-Ville, Tùng éprouvait bien des difficultés à mettre de l'argent de côté. Après avoir fait le choix de retourner au village natal, il a décidé d'acheter un sampan. Bien lui en a pris puisqu'aujourd'hui, son embarcation lui permet de voir le futur sous de meilleurs auspices.


Notre homme n'est pas un cas isolé : d'autres barreurs de sampan à Cai Bè se sentent très attachés à leur travail et sont très heureux de pouvoir travailler dans leur village de toujours. Ils sont ouverts et dévoués aux touristes. Le marché flottant de Cai Bè attire de plus en plus de touristes étrangers comme du pays. Et on les comprend !

 Nous decouvrons la vie sur le delta du Mekong

                                

 

(Hervé sur topdépart.com) Pres de 5000 km de long, prenant sa source au Tibet, traversant la Chine, le Laos, la Thailande, le Cambodge, il se jette en mer de Chine en traversant le sud Vietnam. L'immense delta qu'il forme dans cette region permet au Vietnam d'etre le 2e pays exportateur de riz dans le monde (apres la Thailande) et 70% sont produits ici. La contrepartie, c'est que la region est constituee d'un nombre tres importants de bras du delta, qu'elle subit la mousson, il est donc tres difficile de construire des ponts pour relier les differentes parcelles entre elles. La vie ici est donc essentiellement maritime. Les deplacements, les echanges, le transport de materiaux de construction, comme de la nourriture, se font en bateau. Certains vivent sur l'eau, dans des petites maisons en bois construites au dessus de leurs piscines a poissons, les autres vivent au bord de l'eau. Voila pour le decor, et j'ai fini ma lecon de geo.
Nous evoluons au milieu de tout ca en bateau, nous pensions que les enfants seraient contents, mais ca ne les emballe pas. Il faut dire qu'il fait 35 degres. Le marche flottant de Cai Be est superbe : d'enormes bateaux charges de toutes sortes de fruits et legumes vendent en gros a des bateaux plus petits, qui partiront sur de petits marches, vendre au detail. Au dessus de chaque bateau, une perche en bambou avec au bout, le fruit qui est vendu sur ce bateau. Nous reperons ainsi le "coin des ananas", ou celui des choux. Certains sont plus polyvalents, nous apercevons une perche avec un potiron, un chou, des carottes, des navets, une laitue. Les barques qui viennent charger pres des gros bateaux possedent des moteurs surprenants. Le bloc moteur est pose directement sur un pivot, a l'arriere de la barque, et une grande ligne d'arbre de 3m de long en sort, avec une helice tout au bout. Ca fonctionne tres bien et semble tres maniable. Les moins equipes deplacent leur barque a la rame, debout a l'arriere de la barque, et ca a l'air beaucoup plus technique que le moteur.
Nous decouvrons plus loin, sur les berges, un petit atelier de transformation de riz : tres interessant. Apres recolte, le riz est separe de son enveloppe brune, et broye pour faire de la farine. Celle ci est ensuite utilisee pour faire des feuilles de riz (qui enveloppent les nems, ou rouleaux de printemps) : au dessus d'une gamelle d'eau bouillante, un tissus de 60 cm de diametre est tendu, et on saupoudre un peu de farine de riz dessus. En 30 secondes, la feuille de riz est prete, et est mise a secher sur un treillage de feuilles de cocotiers. L'enveloppe brune du riz sert de combustible pour faire bouillir l'eau, et les cendres recoltees, sont utilisees comme compost sur des claies en bambou pour faire germer les prochains plants de riz. La boucle est bouclee, pas de dechets, pas de ressources fossiles utilisees, tout est reutilise.
Pour notre premier jour, nous avons avec nous une jeune guide francaise, Sonia, installee depuis 6 mois a Saigon. Cela nous donne acces a pas mal d'infos, et c'est plus pratique pour les enfants, pas besoin de traduction des parents. Nous avons ainsi l'explication de la forme surprenante des hotels de Saigon. Ils font 8 a 10 m de large, 40 a 50 m de profondeur, et parfois jusqu'a 7 etages. Ils sont imposes sur la largeur de la facade, mais n'ont aucune limite en hauteur ni en profondeur. Nous en apprenons aussi un peu plus sur la religion Bouddhiste, qu'elle pratique depuis son enfance. Nous voyons la difference le lendemain, avec notre guide "Phu", quasi incomprehensible, meme pour les australiens qui sont avec nous. Il essaie meme quelques blagues, un peu vexe que nous ne les comprenions pas

Les maisons d'époque coloniale

                               

On dit que ces maisons n'ont pas de prix tellement les souvenirs et les antiquités qu'elles renferment sont précieux. Ce sont de véritables petits havres de paix, où le temps semble s'être arrêté.

La première maison, construite en 1938 par le mandarin du village, appartient depuis trois générations à la famille Phan Van Duc : Le jardin n'est qu'un immense verger avec, au fond, un petit cimetière où reposent les ancêtres. À la veille de l'anniversaire de la mort de l'un des défuns, les tombes sont nettoyées et des offrandes sont déposées sur l'autel à l'intérieur de la maison.

La deuxième demeure de Tran Tuan Kiet se gagne également par bateau. Située à environ à 10mn du débarcadère. Grande maison datatn de 1838, restaurée en 1924 et 2003. Elle a cepedant conservé tout son charme.

La troisième deumeure de l'itinéraire, plus vaste que la première maison appartient a Muoi Man et fut construite en 1860. Elle se trouve à environ 40mn de bateau à l'ouest de Cai be, dans le village de Hoa Khanh. La facade originale était en bois et s'inspirant de la facade du petit Palais Royal de Hue. Elle a appartenu à un ancien mandarin de la région et cinq générations l'ont habituée au fil des décennies, comme en témoingnent la beauté et le raffinement des meubles, marquetés de nacre. Trois statuettes en bois sont exposées à l'entrée, représenttant au centre la prospérité, à gauche, le bonheur et à droite la longévité. Également deux bonsais aussi vieux que l'édifice et neuf autre, plus petits, qui représentent neufs dragons, eux mêmes symboles des neuf bras du Mékong.

 

 

 

Comments

Circuits exclusifs dans le Mekong

 La meilleure agence locale vous offre des circuits dans le Delta du Mekong

http://mekongtourisme.com

Nouveau Envoyer à un ami