Mitsubishi Motors va développer les véhicules électriques au Vietnam

Vous êtes ici : Actualité » Economie » Mitsubishi Motors va développer les véhicules électriques au Vietnam

Economie

Mitsubishi Motors va développer les véhicules électriques au Vietnam

Mitsubishi Motors va développer les véhicules électriques au Vietnam
Agrandir le texte
Réduire le texte
Imprimer
Envoyer à un ami

Mitsubishi Motors Corporation a signé à Hanoï avant-hier, lundi 15 janvier 2018, avec le gouvernement du Vietnam, un protocole d’accord dans le cadre duquel les 2 parties vont rechercher ensemble « la meilleure façon de promouvoir l’utilisation des véhicules électriques » sur le territoire. Symboliquement, le constructeur a remis à son partenaire un exemplaire d’Outlander hybride rechargeable et une borne rapide pour son ravitaillement en électricité.

ETUDE CONJOINTE

C’est avec la Vietnam Industry Agency (VIA), sous l’égide du ministère de l’Industrie et du Commerce (MOIT), que Mitsubishi Motors travaillera à la réalisation d’une étude conjointe sur l’utilisation efficace des véhicules électriques et sur les programmes et incitations politiques susceptibles d’accélérer l’adoption des technologies durables appliquées à l’automobile. Présent lors de la signature de l’accord, Tran Tuan Anh, ministre de l’Industrie et du Commerce, a ainsi commenté l’opération : « Nous sommes ravis de conclure le protocole d’accord avec Mitsubishi Motors, partenaire d’importance ; l’étude conjointe est une étape très importante pour promouvoir la transition vers une économie à faible émission de carbone ».

En réponse, Kozo Shiraji, vice-président exécutif pour le constructeur, a déclaré : « Nous sommes très heureux de pouvoir travailler avec le gouvernement vietnamien pour l’adoption d’un mobilité plus propres et sommes impatients de partager l’expertise pionnière de Mitsubishi Motors en matière de véhicules électriques et d’explorer comment les politiques gouvernementales peuvent soutenir la mise en œuvre de cette technologie réformatrice ».

RÉDUIRE LES ÉMISSIONS

Comme nombre de pays, le Vietnam cherche des moyens pour réduire les émissions de CO2 et obtenir un air plus respirable dans les grandes villes en particulier. Hanoï n’est pas la seule ciblée. En outre, Mitsubishi Motors envisage une autre étude conjointe sur les véhicules électriques pour lesquels d’autres villes du Vietnam pourraient offrir leur cadre aux essais avec mises en situation des politiques en faveur du respect de l’environnement. Le constructeur, qui recherche actuellement un site sur le territoire pour y implanter sa deuxième usine, a fait son entrée au Vietnam en 1994. Depuis, il s’est particulièrement impliqué pour développer le marché des voitures particulières. Le présent accord en marque une nouvelle étape. Kozo Shiraji évoque pour elle une « initiative importante qui démontre l’engagement fort de Mitsubishi Motors à accélérer l’adoption de technologies automobiles durables sur des marchés en développement rapide tels que le Vietnam ». Plus globalement, Mitsubishi Motors travaille à étendre l’utilisation des véhicules électriques dans l’ensemble de la région de l’Anase qui, en plus du Vietnam, compte les territoires suivants : Brunei Darussalam, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar, Philippines, Singapour, Thaïlande.

AUTOMOBILE INDUSTRY OPPORTUNITY

L’idée de travailler ensemble au sujet des véhicules électriques, entre le gouvernement du Vietnam et Mitsubishi Motors, ne date pas d’hier. Le constructeur avait profité de la conférence Automobile Industry Opportunity, organisée par le ministère de l’Industrie et du Commerce le 12 octobre 2017, pour consacrer un stand au sujet. Dans ce cadre, Kenichi Horinouchi, directeur général de Mitsubishi Motors au Vietnam, avait alors indiqué : « L’avenir des véhicules électriques est une tendance. Faible sur le marché global en général et au Vietnam en particulier. Le problème de l’assemblage et du développement des voitures électriques au Vietnam dépend beaucoup du réseau national des infrastructures de livraison de l’énergie électrique, des systèmes nationaux de sécurité du réseau, qui sont fortement influencés par une détermination à anticiper. Le gouvernement vietnamien peut activer aussi des incitations fiscales (taxes d’accise, taxes environnementales, etc.) ». En application de ces principes, Mitsubishi Motors a déjà coopéré avec l’Université Da Nang et la Central Power Company afin de tester et fabriquer des stations de recharge pour le ravitaillement en énergie des véhicules électriques.

NOUVELLE USINE…

A l’automne dernier, Kenichi Horinouchi avait annoncé vouloir porter de 5.000 à 50.000 véhicules la capacité annuelle de fabrication et d’assemblage d’automobiles au Vietnam. Et cela, en 5 ans. Actuellement, le constructeur dispose d’une seule usine, implantée dans la province de Binh Duong, au Sud-Est du Vietnam. Pour parvenir à son objectif ambitieux, Mitsubishi Motors compte donc ouvrir une seconde unité. Kenichi Horinouchi s’est intéressé de près à la zone industrielle de Long Hâu, dans la province de Long An, - delta du Mékong -, au Sud du pays. Il était déjà question d’un site qui s’étendrait sur 80 hectares, pour une enveloppe de 100 millions de dollars d’investissement. Une partie de la production réalisée sur place serait exportée vers le Cambodge et le Laos, le reste étant diffusé sur le marché intérieur.

…SOUTENUE PAR LE GOUVERNEMENT

A Hanoï, lundi 15 janvier 2018, en marge de la signature de l’accord entre Mitsubishi Motors et le gouvernement du Vietnam, Vuong Dinh Huê, vice-Premier ministre, a salué le plan d’implantation de cette deuxième usine du groupe japonais sur le territoire. Il a révélé que le constructeur bénéficierait d’incitations qui lui permettront de recourir à « une main-d’œuvre locale de qualité ». Selon ses propres termes, « le Vietnam créera des conditions favorables pour que Mitsubishi Motors puisse mener à bien ses projets dans le pays ». Kozo Shiraji a précisé les chiffres tels qu’ils sont désormais établis : « Cette usine dotera un fonds d’investissement d’environ 250 millions de dollars, avec une capacité de production estimée entre 30.000 et 50.000 véhicules par an ».

(Source info: www.avem.fr)

Nouveau Envoyer à un ami