Votre Blog Vietnam , personnalisé et gratuit pour  votre association, votre projet, votre voyage, votre restaurant, votre famille,votre société ou tout simplement pour parler de toute chose se rapportant au Vietnam. Gérez  commentaires, vos rubriques,vos posts, photos et vidéos. Commentez les autres Blogs.
  

Et si les tensions en mer de Chine dégénéraient en un conflit armé majeur ?

Vous êtes ici : Ensemble pour bâtir un monde meilleur plus solidaire pour tous et nos enfants ! » actualites internationales » Et si les tensions en mer de Chine dégénéraient en un conflit armé majeur ?

Ensemble pour bâtir un monde meilleur plus solidaire pour tous et nos enfants ! » actualites internationales

Et si les tensions en mer de Chine dégénéraient en un conflit armé majeur ?

Et si les tensions en mer de Chine dégénéraient en un conflit armé majeur ?
Agrandir le texte
Réduire le texte
Imprimer
Envoyer à un ami

Et si les tensions en mer de Chine dégénéraient en un conflit armé majeur ?

Les nombreuses provocations de Pékin en mer de Chine augmentent les tensions avec les pays de la région, dont le Japon et l'Australie. Présents militairement dans cette zone, les États-Unis se dressent face à la Chine. Tous les ingrédients se mettent progressivement en place pour une possible escalade militaire...

Les tensions en mer de Chine peuvent-elles évoluer à terme vers un conflit armé de très grande ampleur ? Possible car la Chine multiplie gesticulations et provocations destinées à imposer progressivement sa propre conception des eaux territoriales en mer de Chine. Elle n'a d'ailleurs pas hésité à prendre des risques face aux garde-côtes japonais au large des iles Senkaku, comme face aux unités de la 7e flotte en mer de Chine. En 2013, un navire de guerre chinois a brusquement coupé la route au croiseur lance-missiles américain Cowpens, qui a dû virer de bord en catastrophe pour éviter une collision. Pour l'économie et les ambitions chinoises, la mer de Chine est vitale et stratégique aussi bien pour les richesses halieutiques et potentiellement les réserves en hydrocarbures que pour contrôler ses approvisionnements.

     La mer de Chine, qui compte plus de 200 îlots et récifs, est bordée aussi bien par la Chine que par la Malaisie, Taïwan, les Philippines, Brunei, l'Indonésie, Singapour, la Thaïlande, le Cambodge et, enfin, le Vietnam.

Pékin, qui fonde sa revendication sur des cartes remontant aux années 1940, a donné du poids ces derniers mois à ses prétentions en construisant des îles artificielles sur des récifs disputés en mer de Chine méridionale. Les Chinois mènent d'énormes opérations de remblaiement et transforment des récifs coralliens en ports et en infrastructures diverses. Des ouvrages qualifiés de "grande muraille de sable". Le Pentagone estime que ces travaux ont permis à la Chine de multiplier les surfaces qu'elle occupe par 400, les trois quarts des 800 hectares ainsi gagnés par Pékin l'ayant été depuis janvier 2015.

    La zone des 12 milles est celle internationalement reconnue autour d'îles naturelles, mais ne s'applique pas, selon Washington, aux îles artificiellement créées.

De nombreux contentieux


Le Vietnam, la Malaisie, les Philippines et le sultanat de Brunei revendiquent la souveraineté de certaines parties stratégiques de cette mer, mais Pékin les revendique presque toutes et n'hésite pas à montrer ses muscles, suscitant des préoccupations dans la région et au-delà. D'autant que la Chine rejette le concept de tout arbitrage international. De leur côté, les États-Unis ont érigé l'Asie au rang de région-phare de leur politique étrangère. Ce que diplomates et experts ont baptisé le "pivot" de l'Amérique vers l'Asie-Pacifique. Le 25 juin, Washington a d'ailleurs réitéré ses avertissements en mettant en garde Pékin contre ses ambitions territoriales en mer de Chine méridionale.

Plus précisément la Chine revendique toutes les îles au large de ses côtes. Que ce soit Taïwan et les différentes îles environnantes, y compris l'île de Diaoyu (Senkaku), qui est administrée par le Japon, les îles de Penshu (Pescadores) et les îles de Dongsha (Pratas), qui appartiennent à Taïwan, les îles de Xisha (Paracels), contrôlées par la Chine mais revendiquées par le Vietnam et Taïwan, et enfin les îles de Nansha (Spratleys), qui font l'objet de conflits récurrents.

Entre 1978 et 1988, Pékin a d'ailleurs recouru à la force pour enlever certaines des îles de l'archipel des Spratleys aux Vietnamiens et aux Taïwanais. La Chine occupe à présent neuf îles (un seul îlot est encore occupé par Taïwan, le point culminant de l'archipel). Vaste archipel corallien de la mer de Chine méridionale s'étalant sur environ 410.000 kilomètres carrés, les Spratleys sont également partiellement revendiquées par la Malaisie, qui occupe trois îles, les Philippines, qui en occupent cinq, et Brunei, qui en occupe deux.

Une vraie poudrière

Dans ce contexte très tendu, le ministre malaisien de la Défense, Hishammuddin Hussein, craint notamment que ces contentieux ne finissent par déclencher "un des conflits les plus meurtriers de notre temps, sinon de l'Histoire". Il a adjuré les parties concernées à adopter "un code de conduite", une proposition défendue par la Maison Blanche. C'est aussi le cas de la France qui "appelle de ses vœux la conclusion rapide du Code de Conduite (COC) en mer de Chine méridionale, seul à même de prévenir les incidents dans cette région convoitée, par l'établissement de règles partagées de bon voisinage", avait rappelé l'an dernier à Singapour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Mais ce serait peine perdue. Car Pékin aurait même installé brièvement des pièces d'artillerie sur l'un des îlots, selon les États-Unis. Et selon Manille, la construction par Pékin d'une piste d'aéroport géante de 3 km de long est "à 75% achevée" sur le récif de Scarborough, un îlot revendiqué à la fois par les Philippines et la Chine, qui "peut servir de base opérationnelle avancée pour le ravitaillement de bateaux et d'avions" chinois. Le ministère chinois de la Défense a répliqué en accusant les Américains de "déformer les faits". Mais pilotes et marins des États-Unis et de la Chine ont déjà frisé l'incident à plusieurs reprises dans les zones contestées.
Un coup de force de Pékin?

Washington et les pays de la région redoutent un coup de force de Pékin qui lui donnerait le contrôle, notamment à partir de l'archipel des Spratleys, sur l'une des routes maritimes les plus stratégiques du globe. De plus la mer de Chine recèle potentiellement des réserves d'hydrocarbures. Aussi, "la mer de Chine est devenue une zone de test de la réalité de l'engagement des Américains en Asie. Elle permet à la Chine, dont l'objectif premier est de peser sur la prise de décision des puissances environnantes, de faire monter les enchères face à Washington", a estimé Valérie Niquet, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), à l'occasion d'un débat organisé en octobre 2014.

Du coup, les tensions en mer de Chine depuis la fin des années 2000 se sont renforcées. Et les marines des pays de la région se sont dotées de nouveaux équipments, notamment de nouveaux sous-marins pour faire face à la flotte chinoise. De 2000 à 2007, la flotte sous-marine en Asie a augmenté de 50%, selon une étude de la FRS. Selon Kelvin Wong du RSIS (Rajaratnam School of International Studies), "l'environnement sous-marin en Asie va connaître une augmentation du trafic au cours de la prochaine décennie. De 80 à 100 nouveaux sous-marins vont entrer en service dans les marines d'Inde, du Pakistan, de Chine, de Taiwan, du Japon, de la Corée du Sud, du Vietnam, de la Malaisie, de Singapour et d'Indonésie à l'horizon 2018". L'Australie a ainsi lancé un appel d'offre pour l'acquisition de douze sous-marins à propulsion classique, DCNS postule.

La Chine s'offre depuis des années un budget militaire en croissance à deux chiffres et le président Xi Jinping s'est engagé à bâtir une "flotte puissante", capable de "combattre et de gagner des batailles". Bref, la mer de Chine va progressivement devenir une poudrière. Et la formation des équipages va être un enjeu crucial pour éviter tout incident, voire plus... En outre, de nombreux pays de la région ont développé des avant-postes dans la zone, à des échelles diverses, y compris le Vietnam avec 48 avant-postes, les Philippines avec huit, la Malaisie avec cinq et Taïwan un.


Un exercice conjoint entre Américains, Australiens et Japonais


Le 5 juillet dernier, les États-Unis et l'Australie, associés pour la première fois au Japon, ont lancé  de vastes exercices militaires aux portes du Pacifique. Ainsi 30.000 militaires ont participé pendant deux semaines à ces manœuvres aériennes, maritimes et terrestres dans les États australiens du Territoire du Nord et du Queensland. Une quarantaine de militaires japonais et 500 néo-zélandais ont également été mobilisés pour l'opération Talisman Sabre, organisée tous les deux ans.

Sur le pont de l'USS Blue Ridge, le navire amiral de la 7e Flotte du Pacifique, le Premier ministre australien, Tony Abbott, a rappelé vendredi "l'alliance très importante" de son pays avec les États-Unis sans faire allusion à la Chine, premier partenaire commercial de l'Australie avec qui Canberra vient de signer un traité de libre-échange. D'autant qu'avec ses 10 porte-avions, contre un seul pour la Chine, l'US Navy est encore loin devant la flotte chinoise pour ce qui est de la puissance de feu. Mais pour le professeur à l'université de Sydney, John Lee, le message est très clair. "L'Amérique et ses principaux alliés coopèrent très étroitement en grande partie pour contrer la Chine", a-t-il analysé. Ceci est "en rapport avec l'idée que la Chine est de plus en plus revendicative et qu'elle semble investir militairement pour soutenir ses revendications, surtout en mer de Chine".

Le difficile dialogue sino-américain

En dépit des relations tendues entre Washington et Pékin sur ce dossier, les deux pays ont poursuivi leur dialogue "musclé" lors du sommet entre les deux premières puissances mondiales fin juin. Pour la 7e édition de leur dialogue stratégique et économique annuel, les États-Unis et la Chine ont mis sur la table leurs multiples contentieux tout en vantant leurs coopérations, en premier lieu sur le changement climatique. Côté américain, les trois jours de discussions étaient pilotés par le secrétaire d'État John Kerry et le secrétaire au Trésor Jacob Lew et, côté chinois, par le vice-Premier ministre Wang Yang et le conseiller d'Etat Yang Jiechi, qui a la main sur la politique étrangère de son pays. Ils ont été reçus par Barack Obama afin de préparer la visite d'état du président Xi Jinping en septembre.

Sans surprise, le président américain "a évoqué les inquiétudes des États-Unis concernant le comportement de la Chine dans les domaines maritime et informatique et a appelé la Chine à prendre des mesures concrètes pour faire baisser les tensions", selon la Maison Blanche. Devant la presse, John Kerry a réaffirmé que Washington "ne prenait pas position" sur les questions de souveraineté, tout en pressant Pékin de régler ses différends de manière "pacifique". Toutefois, les États-Unis, qui souffrent d'un déficit commercial record de plus de 342 milliards de dollars en 2014, dû en partie à une sous-évaluation du yuan, soutiennent les pays d'Asie du Sud-Est. Mais jusqu'où voudront-ils ou pourront-ils s'opposer à la montée en puissance de la Chine dans cette région?

Le 12 juin, le Pentagone a demandé à Pékin de mettre un terme à la construction de structures artificielles dans la région et à leur "militarisation". Auparavant, fin mai, les États-Unis et la Chine ont également échangé mises en garde et admonestations lors d'un sommet à Singapour sur la sécurité en Asie au sujet du contrôle de zones stratégiques en mer de Chine méridionale. Les États-Unis reprochent à Pékin son agressivité et des opérations d'aménagement les mettant devant le fait accompli. Lors d'une conférence à Singapour réunissant de hauts responsables militaires, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a accusé le 30 mai la Chine de n'être "pas en phase avec les règles et les normes internationales".

Le point de tension se situe clairement aujourd'hui dans les îles Spratleys. Le 24 juin, l'armée chinoise a sommé un avion de surveillance P-8 Poseidon de la marine américaine de quitter la zone en question, qu'il survolait. Mais l'équipage a ignoré l'injonction au terme d'un échange radio tendu. ce qui a déclenché la colère de la Chine. Le ministère chinois des Affaires étrangères a accusé Washington de "menacer" les "territoires maritimes chinois. Il y a une forte probabilité que cela déclenche des incidents, c'est hautement irresponsable et dangereux", avait expliqué un porte-parole. Mais pour Ashton Carter, "il ne devrait pas y avoir de méprise : les États-Unis voleront, navigueront et opéreront partout où les lois internationales le permettent, comme les forces américaines le font dans le monde entier". Il a également demandé à la Chine "un arrêt immédiat et durable des travaux de remblaiement par tous ceux qui revendiquent" la souveraineté sur l'archipel, y compris ses alliés.

Le 31 mai, un jour plus tard après les déclarations d'Ashton Carter, l'amiral Sun Jianguo, chef d'état-major général adjoint de l'Armée populaire de libération (APL), a minimisé les tensions et balayé les accusations américaines. "La situation en mer de Chine méridionale est dans l'ensemble sereine et stable, la liberté de navigation n'a jamais été entravée", a-t-il affirmé au cours de ce même dialogue annuel du Shangri-La. "La Chine a réalisé des travaux sur certaines îles et récifs en mer de Chine méridionale principalement dans le dessein d'améliorer le fonctionnement de ces îles et récifs et les conditions de vie et de travail des personnels qui y sont stationnés", a-t-il précisé.

Pour autant, l'amiral Sun a répété la position des autorités communistes selon lesquelles la souveraineté de Pékin sur ces zones était "indiscutable" et s'appuyait sur des "arguments historiques et juridiques". En outre, a-t-il ajouté, la Chine joue un rôle positif en faveur "de la paix et de la stabilité de la région et du monde". Ces chantiers de développement permettent à la Chine "de mieux assurer ses responsabilités et obligations internationales dans le domaine du sauvetage en mer, de la prévention des catastrophes et l'aide humanitaire, la recherche scientifique maritime, l'observation météorologique, la protection de l'Environnement, la sécurité de navigation, la pêche et les services", a détaillé l'amiral. Enfin, dans un entretien accordé le 30 mai au "Wall Street Journal", l'ambassadeur de Chine aux États-Unis, Cui Tiankai, a regretté la rhétorique agressive de Washington qui selon lui menace de "déstabiliser" la région.

    En mai, la Chine avait déjà tancé les États-Unis, lors de la visite de John Kerry à Pékin le 16 mai. "Je veux réaffirmer ici que la détermination de la partie chinoise à protéger (sa) souveraineté et (son) intégrité territoriale est aussi ferme qu'un roc et qu'elle est inébranlable", a déclaré devant la presse, sur un ton sévère, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi Wang Yi, à l'issue de l'entretien.

Crise de nerfs entre Pékin et Tokyo


La Chine et le Japon entretiennent également des relations bilatérales tendues. Tokyo a récemment demandé  à la Chine de suspendre la construction de plateformes pétrolières et gazières offshore dans le secteur des îles Senkaku, revendiquées par les deux pays. Dans son rapport annuel, le ministère japonais de la Défense a estimé le 21 juillet que les exploitations chinoises pourraient puiser dans des réserves situées en territoire japonais. Cette revendication a été ajoutée au rapport à la demande des "faucons" du parti au pouvoir, qui avaient jugé la première mouture du texte trop conciliante avec la Chine, a précisé un porte-parole du ministère.

    "Il est extrêmement regrettable que la Chine exploite de manière unilatérale des ressources alors que la frontière n'a pas été formellement établie", a déclaré le 22 juillet le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, à la presse. "A maintes reprises, le Japon a protesté" contre l'attitude de la Chine, a rappelé Yoshihide Suga. "Mais la Chine a refusé de reprendre les discussions sur cet accord, tout en poursuivant visiblement ses activités", a-t-il déclaré.

Selon le rapport, Pékin a repris l'exploration pétrolière dans cette zone contestée de la mer de Chine orientale il y a deux ans après une dispute territoriale avec Tokyo. La construction de plusieurs plates-formes a depuis débuté le long d'une ligne virtuelle séparant les zones économiques spéciales des deux pays, selon ce rapport de 500 pages approuvé par le Premier ministre Shinzo Abe. Il contient également pour la première fois des images satellitaires des îles artificielles que la Chine a construit dans un autre secteur contesté, près des îles Spratleys, et dont le ministère de la Défense estime qu'elles constituent "une source d'inquiétude pour la communauté internationale, à commencer par les États-Unis".

Selon Tokyo, 16 plateformes sont sorties de terre, dont 12 au cours des deux dernières années, selon Tokyo, malgré un accord de juin 2008 en vertu duquel les deux pays s'étaient engagés à développer conjointement la zone, dans un contexte de tensions sur l'exploitation de fonds potentiellement riches en gaz.

Un jour plus tard, la Chine a riposté. Elle a jugé malveillant et erroné le rapport du ministère japonais de la Défense. Dans un communiqué, le ministère chinois de la Défense a estimé que "ce genre d'action dévoile le double visage de la politique étrangère japonaise et a un impact négatif sur la paix et la stabilité dans la région". Pour le ministère, ce rapport exagère la "menace militaire chinoise" et avive les tensions entre les deux pays. "Les îles Diaoyu appartiennent à la Chine depuis les temps anciens (...). La Chine continuera de prendre les mesures nécessaires pour préserver sa souveraineté territoriale et le Japon ne devrait pas se nourrir d'illusions irréalistes", a pour sa part commenté le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, par allusion à cet archipel que se disputent les deux puissances asiatiques.

Quelques jours plus tôt, l'ancien ministre chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi, aujourd'hui conseiller d'État, avait indiqué le 16 juillet que la Chine se préparait à "un dialogue politique de haut niveau" avec le Japon. "La Chine attache une grande importance à votre venue et se prépare à un dialogue politique de haut niveau entre nos deux pays", a-t-il expliqué au chef du Conseil national de sécurité japonais, Shotaro Yachi, en visite à Pékin. Ces propos viennent alimenter les rumeurs sur un possible sommet dès septembre prochain entre le président chinois Xi Jinping et le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Les deux puissances asiatiques ont également esquissé un rapprochement ces derniers mois, illustré par la tenue de deux rencontres entre Shinzo Abe et le président chinois Xi Jinping.

Enfin, Shinzo Abe a fait adopter mi-juillet un projet de loi de défense controversé au Japon, qui permettra à Tokyo d'envoyer des soldats combattre à l'étranger. Une première depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. L'armée nippone est désormais habilitée à s'engager dans des opérations extérieures, notamment pour défendre les alliés du Japon. Sous le feu des critiques, Shinzo Abe a fait valoir qu'une plus grande audace en matière de défense est essentielle pour faire face aux nouveaux défis auxquels est confronté le Japon, comme la montée en puissance de la Chine. "La situation sécuritaire autour du Japon se complique", a déclaré le Premier ministre conservateur à l'issue du vote des députés. "Ces lois sont vitales pour protéger le peuple japonais et éviter une guerre".

    En Chine, ce projet a fait bondir. Pékin a critiqué Tokyo et l'a appelé à "retenir les leçons de l'histoire" en restant sur la voie du développement pacifique.

Le match entre la diplomatie financière japonaise et chinoise


Pour contrer Pékin, Tokyo cherche à étendre son influence en Asie du Sud-Est face à la montée en puissance de la Chine. Ainsi, le Japon, qui a accueilli début juillet les dirigeants de cinq pays riverains du Mékong, a annoncé une aide de 6,1 milliards de dollars pour cette région. Le Premier ministre japonais a fait cette promesse en recevant ses homologues du Cambodge, du Laos, de Birmanie, de Thaïlande et du Vietnam à l'occasion du 7e sommet annuel Japon-Mékong, organisé à Tokyo. "La région du Mékong, qui a d'immense besoins en termes d'infrastructures, est une région particulièrement importante pour nous. Le Japon va contribuer au développement de l'infrastructure de cette région à la fois en qualité et en quantité", a-t-il assuré Shinzo Abe. Dans la même optique, le Japon avait annoncé en mai un projet d'investissements sur cinq ans en Asie, d'un montant de 10 milliards de dollars.

Début juin, le président philippin Benigno Aquino est allé à Tokyo pour une visite de quatre jours visant à solliciter des investissements japonais ainsi que le soutien du gouvernement nippon face aux revendications maritimes de la Chine. Le Japon et les Philippines ont d'ailleurs effectué récemment des manœuvres conjointes historiques en mer de Chine méridionale. Ces exercices navals, qui consacrent l'alliance entre les deux nations ennemies de la Seconde Guerre mondiale, se sont déroulés à moins de 300 kilomètres d'un récif contrôlé par les Chinois mais revendiqué par les Philippins.

De son côté, Pékin ne cache pas ses ambitions économiques et territoriales dans cette région. Le ministre chinois des Affaires étrangères avait indiqué en mars vouloir renforcer ses échanges bilatéraux avec les 10 membres de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean), pour les doubler d'ici à 2020, à 1.000 milliards de dollars. Dans cette bataille pour asseoir sa domination, la Chine mise aussi beaucoup sur la nouvelle Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII) qu'elle vient de lancer, forte du ralliement de 50 États et d'un capital de 100 milliards de dollars.

Les Philippines se réarment

Les Philippines, aux prises avec les prétentions chinoises sur des îles en mer de Chine méridionale, vont accroître leurs crédits militaires de 25% en 2016, ont annoncé le 21 juillet des responsables du gouvernement. Le budget prévisionnel qui sera soumis la semaine prochaine au Parlement par le président Benigno Aquino réserve à la défense nationale une enveloppe record de 25 milliards de pesos (509 millions d'euros) contre 20 milliards l'an dernier.

    "Nous devons pouvoir protéger tout ce qui se trouve à l'intérieur de notre juridiction territoriale", a justifié le secrétaire au Budget, Florencio Abad. "Il nous faut au minimum être capables de surveiller efficacement ce qui se passe dans la région, surtout dans les zones disputées", a-t-il ajouté.

Parmi les moins bien dotées d'Asie du Sud-Est, l'armée philippine possède une modeste flotte de navires et d'avions cinquantenaires mais elle peut compter sur son allié américain tenu depuis 1951 par un traité de défense mutuelle. "Nous faisons un réel effort de modernisation et nous avons besoin de tous les moyens possibles, y compris de frégates et d'avions de surveillance", a souligné un porte-parole du ministère de la Défense, Arsenio Andolong.

Benigno Aquino a souligné que Manille ne cèderait pas aux prétentions chinoises en dépit d'un rapport de force défavorable. "Nous exercerons toujours nos droits sur notre zone économique exclusive", a-t-il expliqué. "L'essentiel, que cela soit clair, c'est que nous allons défendre nos droits autant que faire se peut". Il a rappelé que Manille travaillait sur ce dossier avec les États-Unis, allié de longue date des Philippines. Un traité de défense mutuelle lie les deux pays.

Pour faire face à la pêche illégale des Chinois, les Philippines ont par ailleurs commandé une centaine de nouveaux bateaux pour protéger leurs pêcheurs du braconnage des ressources par la Chine et Taïwan, a annoncé le 22 juin le directeur du Bureau des pêches et des ressources aquatiques de l'archipel, Asis Perez. La plupart de ces bateaux, 71 vaisseaux destinés aux patrouilles côtières et 27 navires de haute mer seront livrés avant la fin de l'année, a-t-il précisé. "L'espace maritime de notre pays est huit fois plus important que son espace terrestre. Nous avons 36.000 km de côtes et plus de 7.100 îles", a-t-il expliqué. Les Philippines ne disposent pour l'instant que de 20 bateaux chargés de protéger les intérêts des pêcheurs. "Avec ces nouveaux vaisseaux, nous n'en aurons toujours pas assez mais c'est tout ce qu'on peut se permettre", a regretté Asis Perez.

D'ailleurs des pêcheurs philippins exaspérés ont appelé l'ONU à la rescousse face à la Chine qu'ils accusent de les empêcher de faire leur métier en mer de Chine méridionale, a annoncé le 25 juin leur avocat. Ces pêcheurs accusent la Chine, qui contrôle depuis 2012 le récif de Scarborough, de les priver des moyens de gagner leur vie en les harcelant et en les repoussant hors des eaux du territoire, a déclaré Harry Roque à l'AFP. Une pétition signée par 30 pêcheurs a été envoyée par mail au haut-commissaire des droits de l'Homme et à d'autres représentants de l'ONU à Genève, a-t-il ajouté. "Ils demandent une solution".

    Le récif de Scarborough se situe à environ 220 km au large de Luçon, la principale île de l'archipel des Philippines et à 650 km de l'île de Hainan, la masse terrestre chinoise la plus proche. Manille affirme que le récif fait partie de sa zone économique exclusive.

Les autorités philippines ont, elles, saisi le tribunal d'arbitrage de l'ONU pour lui demander de dire que les visées chinoises sur la majeure partie de la mer de Chine orientale sont illégales. En avril, Manille a accusé les garde-côtes chinois d'avoir raflé l'arme à la main les prises de pêcheurs philippins dans le récif de Scarborough et d'en avoir repoussé d'autres à coups de canon à eau. Un récent sondage a montré que 80% des Philippins craignent que ces différends maritimes ne dégénèrent en "conflit armé" avec leur puissant voisin.

En outre, les avions de l'armée et de ligne philippins continueront à survoler les parties disputées de la mer de Chine méridionale en dépit des mises en garde de Pékin, a déclaré le 25 juin le président Benigno Aquino. "Nous allons continuer d'emprunter les couloirs aériens que nous empruntons, qui sont basés sur le droit international et conformes aux différentes conventions dont nous sommes signataires", a-t-il averti.

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/et-si-les-tensions-en-mer-de-chine-degeneraient-en-conflit-arme-majeur-494484.html


 

Propriétaire du blog

Voir le profil de hiep60

hiep60

Date d'activation de son blog
15 septembre 2014

Dernière mise à jour de son blog
4 juin 2018, 15:59

Date de naissance :

26 Juillet 1954

Ville de résidence :

Paris

Nombre de visites :

343764

Nombre d'amis :

1

Ses derniers amis

Voir le profil de saigon3days

saigon3days

Ho Chi Minh City

Ses derniers POST de Blog actifs

Nouveau Envoyer à un ami