Votre Blog Vietnam , personnalisé et gratuit pour  votre association, votre projet, votre voyage, votre restaurant, votre famille,votre société ou tout simplement pour parler de toute chose se rapportant au Vietnam. Gérez  commentaires, vos rubriques,vos posts, photos et vidéos. Commentez les autres Blogs.
  

Le dernier voyage de Madame Phụng ou le sort des marginaux

Vous êtes ici : Ensemble pour bâtir un monde meilleur plus solidaire pour tous et nos enfants ! » Art culture » Le dernier voyage de Madame Phụng ou le sort des marginaux

Ensemble pour bâtir un monde meilleur plus solidaire pour tous et nos enfants ! » Art culture

Le dernier voyage de Madame Phụng ou le sort des marginaux

Le dernier voyage de Madame Phụng ou le sort des marginaux
Agrandir le texte
Réduire le texte
Imprimer
Envoyer à un ami

Ce lundi soir, qui était également le dernier lundi de l’année 2014, aura été marquant pour l’Institut français de Hanoï, mais aussi pour les amateurs de cinéma de la capitale. Pour quelle raison ? La projection d’un documentaire, déjà nominé dans de nombreux festivals de cinéma internationaux : en avril en Indonésie, en septembre en Malaisie, en octobre aux Etats-Unis, en novembre en France...

 

Photo: Internet

Il est près de 20 heures au 24 rue Trang Tien, une adresse culturelle déjà familière aux francophones de Hanoï. La projection ne débute que dans trois quarts d’heure, mais d’ores-et-déjà, la queue s’allonge, laissant présager un évènement exceptionnel.

 


Tous sont venus voir « Le dernier voyage de Madame Phụng ». Rarement un film documentaire n’aura suscité un tel engouement. Dire que le sujet traité n’est pas banal relèverait d’un doux euphémisme. Les travestis, puisque c’est de cela qu’il s’agit, sont encore largement tabous au Vietnam, bien assez en tout cas pour qu’un tel film attire les curieux, comme Dũng, qui regarde l’affiche d’un air songeur.   

- Bonsoir. Pourquoi avez-vous décidé d’aller voir ce film ?

- Parce que je n’ai jamais vu un film sur les travestis et les homosexuels. C’est l’occasion de voir si mes préjugés tiennent le coup !


Nguyễn Thị Thắm, la réalisatrice du film.

Au milieu du hall d’entrée, qui sert d’ordinaire aux expositions, une femme semble retenir toute l’attention. Elle est entourée d’un essaim de journalistes et de spectateurs. Normal, c’est Nguyễn Thị Thắm, la réalisatrice du film, qui s’efforce de présenter son travail en quelques mots : « Le dernier voyage de Madame Phung » est mon premier long métrage documentaire. Après avoir fait trois ateliers Varan Vietnam en 2005, j’ai décidé d’emprunter la camera de mon prof  pour  filmer mes aventures. En fait, je dois dire qu’au départ, je n’aurais jamais pensée  faire un film sur le troisième sexe. C’est en 2010, au cours d’un voyage dans le Sud, que j’ai rencontré par hasard madame Phụng et sa troupe artistique. J’ai tout de suite décidé de me joindre à eux et honnêtement, j’ai trouvé que j’avais à faire à des femmes comme toutes les autres…»


   

Madame Phung (à gauche)

et quelques chanteurs travestis dans le film

De belles scènes, même si on a parfois l’impression de perdre un peu le fil conducteur… « Le dernier voyage de Madame Phụng » nous fait partager l’intimité d’une troupe artistique en tournée, depuis les Hauts Plateaux du Centre jusqu’aux campagnes les plus reculées du Sud. On y découvre la genèse d’un spectacle, « sa fortune », que Phụng met en scène avec talent. On y voit des images fortes : images de chanteurs travestis, vêtus de mini-jupes tapageuses, coiffés de longues perruques, un micro à la main, image du camion et de la tente qui servent d’abri de fortune à la troupe, image des accessoiristes derrières les projecteurs… L’envers du décor, toujours, parce ce n’est pas du spectacle lui-même qu’il s’agit ici, mais bien de celles et ceux, celles « ou » ceux,  qui le font, en assumant leur marginalité, et que la caméra filme sans fausse pudeur, presque sur le ton du reportage.   

« J’ai utilisé le cinéma direct pour faire ce film. Alors qu’est-ce que c’est, le cinéma direct ? C’est tout simplement une façon de vivre en permanence à proximité de quelqu’un, en ayant toujours une caméra et un micro, a dit Nguyễn Thị Thắm en précisant: Ça permet de rentrer vraiment dans l’intimité d’un groupe, de ressentir tous les moments de joie, de tristesse, de vivre aussi les moments de conflits… Dans une tournée, chacun a un rôle à assumer. L’un vend des billets, l’autre chante ou danse. Moi, mon travail, c’est de filmer.

- Vous avez participé à plusieurs ateliers Varan Vietnam. Est-ce que votre film est influencé par le cinéma européen ?

- Oui, plus précisément par le cinéma français. Comme vous avez pu le voir, le rythme du film est lent. C’est pour que le spectateur puisse ressentir toutes les émotions des personnages. C’est évidemment très différent du cinéma américain.   

- Il y a 5 ans que vous travaillez sur ce projet. Mais pourquoi ce n’est que maintenant que ce film est présenté au public ?

- J’ai pris près d’une année pour le tournage et puis près de quatre ans pour la production et la post-production. Le problème est venu du budget. Heureusement,  mes camarades des ateliers, et notamment mon prof André Van, m’ont toujours soutenu. André a fait jouer toutes ses relations pour trouver les financements nécessaires. Il a parfois passé des nuits entières à attendre une réponse !... 

    

Nguyễn Thị Thắm et deux chanteurs travestis de la troupe de Mme Phung

Cinq ans de travail, donc, mais aussi plusieurs nuits blanches pour condenser une année de tournage en 86 minutes, particulièrement expressives. Les spectateurs restent assis, sans bouger, jusqu’à la dernière seconde, visiblement émus. Certains ont même les larmes aux yeux. C’est le cas de Trang…

« J’ai vécu cinq ans à Ho Chi Minh-ville et j’ai eu l’occasion de voir quelques programmes de variétés de ce genre. Mais je n’aurais jamais pu imaginer à quel point la vie de ces gens était dure !... Pour chaque rire, il y a des larmes… Je pense que c’est important qu’il y ait des films sur des sujets de ce genre. Il faut que les mentalités évoluent !... »   

Trung, un autre spectateur : « Ce film montre vraiment la vérité. Il aura fallu beaucoup de courage à cette réalisatrice pour parler ainsi du troisième sexe. Personnellement, après avoir vu le film, je me sens plus ouvert à ces personnes… »       

« Le dernier voyage de Madame Phung », donc. Et qu’en pensent les étrangers ? Monsieur Raudar, un spectateur suisse : « Je n’aurais pas pensé qu’on a le même genre de foire en Europe. Ce sont des gens qui sont marginalisés et la société est extrêmement agressive et difficile avec eux. Je trouve que c’est très triste et pathétique. Ce film est vraiment très touchant ».

Quant à la réalisatrice Nguyễn Thị Thắm, elle reste toujours jusqu’à la fin de chaque projection. Simplement de pouvoir réécouter un extrait chanté par Madame Phụng qui est décédée il y a quelques années à cause du Sida : « J’ai dû supporter deux chocs après avoir quitté la troupe. Tout d’abord, j’ai du apprendre à vivre en me passant de la présence de Phụng et des autres forains. Et puis j’ai vraiment eu un choc en apprenant sa mort. Ça a été une période très difficile pour moi. Je suis très triste parce que Phụng ne pourra jamais regarder ce film et vivre cet accueil chaleureux qui lui a été fait, cette ouverture qui commence à apparaître… J’aime cette chanson et je l’ai apprise par cœur : « J’écris cette chanson avec mon cœur. Même s’il y a des changements, je ne t’oublierai jamais »… Ce sont ces phrases que je chante quand je pense à Phung. C’est un peu comme une promesse... ».

http://vovworld.vn/fr-ch/Francophonie/Le-dernier-voyage-de-Madame-Phung-ou-le-sort-des-marginaux/300486.vov

 


Propriétaire du blog

Voir le profil de hiep60

hiep60

Date d'activation de son blog
15 septembre 2014

Dernière mise à jour de son blog
4 juin 2018, 15:59

Date de naissance :

26 Juillet 1954

Ville de résidence :

Paris

Nombre de visites :

272633

Nombre d'amis :

1

Ses derniers amis

Voir le profil de saigon3days

saigon3days

Ho Chi Minh City

Ses derniers POST de Blog actifs

Nouveau Envoyer à un ami