Votre Blog Vietnam , personnalisé et gratuit pour  votre association, votre projet, votre voyage, votre restaurant, votre famille,votre société ou tout simplement pour parler de toute chose se rapportant au Vietnam. Gérez  commentaires, vos rubriques,vos posts, photos et vidéos. Commentez les autres Blogs.
  

Kim-Sanh Chau, chorégraphe française : "j’aime beaucoup travailler au Vietnam"

Vous êtes ici : Ensemble pour bâtir un monde meilleur plus solidaire pour tous et nos enfants ! » Diaspora vietnamienne » Kim-Sanh Chau, chorégraphe française : "j’aime beaucoup travailler au Vietnam"

Ensemble pour bâtir un monde meilleur plus solidaire pour tous et nos enfants ! » Diaspora vietnamienne

Kim-Sanh Chau, chorégraphe française : "j’aime beaucoup travailler au Vietnam"

Kim-Sanh Chau, chorégraphe française : "j’aime beaucoup travailler au Vietnam"
Agrandir le texte
Réduire le texte
Imprimer
Envoyer à un ami
Kim-Sanh Chau est une chorégraphe française d’origine vietnamienne qui vit depuis 5 ans au Canada. C’est avec cette triple identité qu’elle a participé en septembre au festival de danse contemporaine Europe meets Asia, organisé à Hanoï et à Ho Chi Minh-ville. Née et ayant grandi à Paris, ce n’est qu’à l’âge de 20 ans que Kim-Sanh Chau découvre pour la première fois sa terre d’origine. Depuis, elle revient régulièrement rendre visite à sa famille et travailler avec des danseurs vietnamiens. En France, j’ai mes parents et mes deux sœurs. On n’avait pas beaucoup de liens avec le Vietnam, on ne connaissait pas grand chose. Il y a 10 ans, quand j’avais 20 ans, j’étais une adolescente rebelle et j’ai décidé de venir au Vietnam seule. A l’époque, j’habitais en Australie. Un jour, j’ai appelé mon père et je lui ai dit : « Je vais aller au Vietnam toute seule ». Pourquoi ? Je trouvais ça dommage de n’être jamais venue ici et j’avais des difficultés par rapport à mon identité, à savoir est-ce que je suis française ou vietnamienne, qui est-ce que je suis vraiment. A 20 ans, tu te poses souvent ce genre de questions. Alors j’ai appelé mon père et il m’a dit : « Non, il faut que je vienne avec toi pour te montrer ». Mes parents n’étaient jamais retournés au Vietnam. Mon père, ça faisait 35 ans qu’il était en France. Et puis, on s’est retrouvés à HCMV tous les deux, on a retrouvé ma famille, ses frères, ses cousins. Ce voyage a changé sa vie puisque depuis, il revient régulièrement. Ça s’est super bien passé. Je pense qu’il avait beaucoup d’appréhensions à retrouver sa famille, ne pas avoir pu les aider. Mais en fait, ça s’est très bien passé. Depuis, mes sœurs sont aussi retournées au Vietnam. Ma mère, mes cousins et cousines du côté de ma mère aussi. Comment avez-vous commencé votre travail avec les danseurs ici ? En fait, j’étais venue faire une création de deux semaines il y a quelques années à Muong Studio. C’est près de Hoa Binh, perdu dans les montagnes, un endroit très très beau. J’avais un collaborateur canadien avec moi. On ne connaissait personne, pas d’artiste, pas de structure… Petit à petit, on a rencontré différentes personnes. C’est une danseuse de Montréal qui m’a donné le contact de quelqu’un qu’elle avait rencontré à HCMV, Linh Rateau, la directrice du Dancenter. Elle aussi avait grandi en France. Je l’ai rencontrée. Elle m’a beaucoup soutenue dans ma pratique. Ce n’est pas évident de venir ici, de mettre en place une pratique qui n’existe pas dans le pays. Ici, il y a des compagnies de danse qui font des choses loin de ce que je fais. C’est une pratique différente à l’intérieur même de la danse contemporaine. Linh m’a fait rencontrer des danseurs, grâce à elle j’ai rencontré le Goethe Institute et je fais le festival cette année. Ensuite, je suis revenue travailler avec des danseurs, en mars dernier. On a fait une vidéo avec des danseurs vietnamiens. En parallèle, je travaille aussi avec une danseuse ici. Ce sont des échanges très riches. On ne se comprend pas toujours très bien dans la façon de parler parce que je ne parle pas vietnamien, mais dans le langage du corps, on se comprend extrêmement bien. Je trouve que les danseurs et danseuses ici sont très sensibles, très ouverts. Tout ce qui est micro mouvement est assez loin de la culture de la danse ici, parce que ce n’est pas une pratique très courante. Quand j’explique ce que je fais, souvent c’est un peu étrange pour les danseurs. Mais ici je ne me suis jamais sentie jugée. Je pense que les danseurs écoutent ce que je dis et essayent avec leur corps de le pratiquer. C’est extraordinaire d’avoir des gens en face de vous capables d’écouter avec le corps et de l’intégrer dans leur corps. C’est fantastique. C’est pour ça que j’aime beaucoup travailler au Vietnam Parlons maintenant de Black and Sholes, la pièce que vous présentez au festival Europe meets Asia. Black and Sholes est un hommage à une équation, un modèle mathématique et financier qui existe encore et qui a été écrit en 1973 par Black, Sholes et Merton, des Américains qui ont reçu le prix Nobel en 1997. J’étais étudiante en finance. J’ai travaillé dans la finance avant d’arriver à la danse. Ce qui m’intriguait beaucoup, c’était la véracité de ce modèle innovateur pour l’époque. C’est un modèle qui parle de la prédictibilité des marchés financiers… C’est un modèle sur lequel j’avais beaucoup travaillé à l’époque et ça avait une valeur symbolique et sentimentale pour moi. L’idée de la pièce est de travailler sur des parties très structurées, très physiques, très dynamiques et ensuite, de rompre cette structure pour partir avec des mouvements chaotiques. C’est des micro explosions du corps à l’intérieur. On travaille vraiment sur les couches profondes du corps. C’est ma première création qui retrace mon parcours et ma passion pour la danse. Quand j’ai débuté, j’avais une vision très visuelle de la danse. En France j’étais très influencée par les ballets structurés, linéaires, visuels. Il y a cet aspect là, très important dans la pièce, et on voit aussi comme une évolution par rapport à mon intérêt de travailler dans un mouvement qui est moins dans la forme mais davantage dans le ressenti. Maintenant je travaille plus avec des images dans le corps et l’énergie que cela va engager. C’est plus ça maintenant mon intérêt en danse. Ça se voit dans la pièce. Qu’est-ce qui vous retient au Vietnam du point de vue professionnel ? Pas grand chose, c’est moi qui m’accroche. Artistiquement, c’est très riche de travailler au Canada. On a une très belle communauté de danseurs, très dynamique et prolifique. Mais c’est bien aussi de sortir de cette boîte et d’aller travailler ailleurs. Ça me donne beaucoup d’inspiration et d’énergie. Je me sens moins jugée. Il y a aussi quelque chose de très libérateur pour moi de venir travailler ici. Et j’aimerais être davantage avec ma famille. http://vovworld.vn/fr-CH/francophonie/kimsanh-chau-choregraphe-francaise...

Propriétaire du blog

Voir le profil de hiep60

hiep60

Date d'activation de son blog
15 septembre 2014

Dernière mise à jour de son blog
4 juin 2018, 14:59

Date de naissance :

26 Juillet 1954

Ville de résidence :

Paris

Nombre de visites :

281111

Nombre d'amis :

1

Ses derniers amis

Voir le profil de saigon3days

saigon3days

Ho Chi Minh City

Ses derniers POST de Blog actifs

Nouveau Envoyer à un ami