Vietnam: Harley, gros cubes américains font aussi tourner les têtes

Vous êtes ici : Actualité » Vietnam: Harley, gros cubes américains font aussi tourner les têtes

Société

Vietnam: Harley, gros cubes américains font aussi tourner les têtes

Vietnam: Harley, gros cubes américains font aussi tourner les têtes
Agrandir le texte
Réduire le texte
Imprimer
Envoyer à un ami

Dans les rues de Hanoi et de Hô Chi Minh-Ville, on voit de plus en plus ces gros engins à la sonorité caractéristique se frayant péniblement un passage dans le mælström pétaradant des minuscules deux-roues.

Des Harley-Davidson ! Cette moto prestigieuse est actuellement en vogue dans ces deux grandes villes vietnamiennes. Les motards passionnés ont même créé un club pour partager leur passion ainsi que des tuyaux dans l'entretien de leur bolide.

Le club Harley-Davidson Hanoi est né au début de l'année, et compte 59 membres. À cette occasion, une soixantaine de motards a défilé le 17 janvier dans les rues hanoiennes, a informé Trân Quang Vinh, président du club et patron du café Xe cô ("Motos anciennes"), sis 14 rue Hàng Bun.

Quand la première Harley a-t-elle été importée au Vietnam ? Réponse pas évidente, même pour le président du club qui collectionne depuis des dizaines d'années de vieux véhicules. Toutefois, selon ce collectionneur chevronné, des passionnés de Hanoi et de Sài Gon roulaient déjà en Harley dans les années... 1952, 1957 et 1960.

En 2008, Hanoi comptait une vingtaine d'Harley, selon Trân Quang Vinh. La V-Rod a été l'un des premiers modèles importés après juin 2007, date à laquelle le pays a autorisé l'importation de ces "gros cubes". Aujourd'hui, la Davidson Softail est le modèle le plus représenté à Hanoi, son style classique et puissant conquiert le coeur des passionnés. En particulier, la Softail Deluxe est présente à Hanoi avec deux versions de 2008 et celle en l'honneur du 105e anniversaire du fabricant (1903-2008). Début 2010, le président du Club de moto de Hanoi, Nguyên Van Lân, a acheté une Ultra Classic qui se distingue par son empattement de 1.710 mm et un poids respectable de 283 kg.

À Hô Chi Minh-Ville, les passionnés de Harley ne font pas non plus dans la demi-mesure. Dang Van Xuân, membre de l'équipe de moto du 5e arrondissement, a acheté 40.000 dollars sa Softail Deuce FXSTDI. Peu après, un autre passionné est devenu propriétaire d'une Ultra Clasic Electra Glide, en l'honneur du 105e anniversaire de l'entreprise, ce qui lui a coûté la bagatelle de près de 60.000 dollars !

Posséder une Harley exige non seulement d'avoir le portefeuille bien garni mais aussi des connaissances mécaniques. Car entretenir et réparer ces motos ne sont pas une sinécure. Les pièces de remplacement sont coûteuses et difficiles à trouver, ce qui oblige les propriétaires à surfer sur le Net pour les commander à l'étranger. À noter pour finir que les motards vietnamiens ont souvent toute la panoplie du parfait "biker" : blouson de cuir avec le logo Harley, gants, santiags... pour être à la mode, tout comme leur bolide.

Xuân Lôc
(Le Courrier du Vietnam)

Comments

Ce genre d'actualité me fait honte...

Voir une telle chose dans un pays plutôt pauvre me désole. 60 000$ dans une moto, pour un pays où le salaire moyen est de moins de 100€, c'est vraiment faire acte d'égoïsme. Ils feraient mieux d'aider les plus démunis, plutôt que des gros machins qui font du bruit, et qui vont moins vite qu'un vélo. D'autant plus que ce genre de mouvement apportent souvent du traffic de drogue. Boire de l'alcool est aussi une habitude biker, bien que certains groupes sont tout de même contre cela, mais ils ne représentent malheureusement qu'une minorité.

Ma devise : "Penses à celui qui à planter l'arbre dont tu manges le fruit."

ça crain hélas!

bonjour, Chère ou pas chère je suis contre et il faut punir ceux qui en profitent les hommes qui font miroités "l'argent" facile mais qui détruit de l'intérieur ces jeunes personnes,qu'en pensez vous? coté coeur je dis Zéro pointé un peu triste cordialement félixdada

Ma devise : risque tout et vois ce que le sort amène et Garde les hommes et les femmes de coeur

Tristesse

Hélas ! C'est ce qui va gâcher les rapports humains. Le côté "chair humaine" va primer sur l'Amour. Il y en a qui vont profiter de la misère humaine pour s'enrichir. Il faut vraiment le gouvernement entreprenne des mesures très sévères pour justement punir ces gens-là qui sont souvent issus de la mafia délinquante. Il faut aussi combattre les corruptions des fonctionnaires qui en échange de l'argent, ferment les yeux sur ces traffics humains.
Je suis une femme vietnamiennne et je voudrais qu'on ne parle pas des femmes de mon pays avec mépris comme dans certains pays où la femme n'est que de la chair pour satisfaire le tourisme sexuel .J'espère que le VN ne perdrait pas son âme en faisant une ouverture sur le monde extérieur.
Je suis réconforté de voir des gens comme vous, Felix Dada, partage les mêmes pensées que moi.

Harley Davidson

Avec la naissance du club des motos Harley, le mode de vie vietnamienne est en train de devenir occidental. Qui l'eût cru ? C'est tant mieux pour le pays qui a soif de modernisme, mais il ne faut pas pour autant que le progrès tue les traditions qui donnent du charme au pays et c'est ce qui nous attirent le plus dans ce pays : les rapports humains, les paysages traditionnels, les charmes des femmes, les beautés indescriptives et ancestrales des sites historiques. Et surtout, je prie pour que le Vietnam ne devienne pas un pays de prostitution comme certains pays...

c'est pas gagné

lors de notre dernier voyage entre HaNoi et Saïgon, en ^passant par Hué, nous nous sommes fait aborder nombreuses fois par des rabatteuses nous demandant si on voulait des ladies boum-boum !à chaque coin de rue! alors ça commence bien à s'américaniser , il me semble

Ma devise : la vie est une boite de chocolat, tu ne sait jamais sur quoi tu va tomber.

ça craint

C'est très inquiétant, ce phénomène ! J'espère que le gouvernement combattra ce fléau afin de préserver l'image du pays. Qu'on ne assimile pas le VN à la prostitution pas chère.

Nouveau Envoyer à un ami